Hergnies

H
I
S
T
O
I
R
I
Q
U
E

Si vous êtes à même de contribuer au contenu de cette page n'hésitez pas à nous contacter !

Présentation du village et de son histoire.
L'église Saint Amand
Les chapelles
Le blason d'Hergnies
L'exploitation du charbon
Le temps de la contrebande
Les moulins à vent
Les sentences du coq
Hergnies en quelques chiffres


Présentation du village et de son histoire :

Il se dégage une impression de sérénité dans ce village dont certains habitants affirment qu'il est aussi vieux que Paris.

En effet les Celtes s'y installèrent dès l'âge de Bronze avant les Nerviens 250 ans avant JC.

Ce fut ensuite le tour des Romains puis des Francs Saliens.

Village des Pays-Bas (espagnols), Hergnies est conquis par Louis XIV en 1676 et rattaché au royaume de France en 1678 par le traité de Nimègue.

Le nom d'Hergnies vient, dit-on, du celtique qui signifie "demeure des guerriers".

Hergnies se niche au coeur de l'espace naturel régional de la Scarpe et de l'Escaut dans le Nord de la France, c'est le premier des parcs créés en France en 1968. Il fait aussi partie du parc transfrontalier.

Depuis 1999, Hergnies fait partie de la Communauté d'Agglomération de Valenciennes (Valenciennes Métropole).

Les habitants d'Hergnies, les Hergnisiens sont aussi appelés les "Culs d'Oson". Cette appellation remonte à l'époque où les oies étaient habituellement mises en pâture dans un marais qui était situé à l'emplacement actuel de la place de la République.

En 1103 la ville s'appelait Heregnys, en 1196 Heregnies, en 1286 Herignies, d'autre appellations comme Haregny, Haregny ou Hargny puis Hergnye sont présentes dans différents cartuaire, elle acquiert son nom actuel au début du XIXième siècle.


Des lions font face à la mairie

Des lions veillent sur la mairie, ils proviennent d'une ancienne écluse qui a été démantelée, "l'écluse aux quatre lions". Deux lions sont installés à Hergnies (Les deux autres à Odomez, Vieux Condé, Condé ??).

Des photos anciennes de la ville aident à découvrir le passé récent de la ville et notamment l'histoire du Pont sur l'Escaut.

Un alignement remarquable de peupliers compose la chasse Napoléon.

Les rues ont aussi leur histoire : découvrez l'origine du nom de votre rue et, pourquoi pas, apportez votre contribution à l'explication donnée !.

L'église Saint Amand :

A l'emplacement de l'église, était érigée, au IXième siècle une chapelle Saint Amand dont l'église porte aujourd'hui le nom.

Elle a été donnée en 1103 au chapitre de Condé par l'évêque de Cambrai, Monseigneur Manassès.

A remarquer : la forme bulbeuse de son clocher et la présence de meurtrières sur le côté gauche du clocher.

Une visite virtuelle est disponible en cliquant ICI.


Vue aérienne par cerf-volant
Du "Relais" à droite et de
L'Eglise au centre


L'église Saint Amand

Saint Amand

Les chapelles :

De nombreuses chapelles sont implantées à Hergnies parfois modestes comme celle de Sainte Anne ou imposantes comme celle de Saint Roch ou d'actions de grâce de Notre Dame de Lourdes.

Les chapelles à Saint Roch étaient érigées en signe de remerciement pour la fin d'une épidémie. De nombreuses chapelles lui sont consacrées dans la région et en Belgique. L'association des amis de Saint Roch d'Hergnies est à même de vous apporter tous les compléments d'information souhaités à ce sujet.

Liste des chapelles d'Hergnies.


La chapelle
Saint Roch (1849)

Saint Roch et
son chien


La chapelle
Notre Dame de Lourdes(1872)


La chapelle
Sainte Anne

Le blason d'Hergnies :

Le blason d'Hergnies est dit "de Gueules à 10 losanges accolés et aboutés d'argent". Pour en savoir plus cliquez sur le blason.

L'exploitation du charbon :

Hergnies conserve des traces de son passé minier au travers de la base nautique d'Amaury. La fosse Amaury à été exploitée de 1834 à 1912, détruite par les allemands en 1918 elle se transforme peu à peu en un plan d'eau de 50ha suite à un affaissement minier.

Le temps de la contrebande :

Témoins du temps de la contrebande, la présence d' une caserne de douaniers à Hergnies, en 1897, rue des déportés.

La caserne de douanes de 1897, convertie en maisons d'habitation.


Le plan d'eau de la base d'Amaury
Les moulins à vent :

De nombreux moulins à vent étaient implantés sur la commune. Aujourd'hui il ne subsiste que les ruines de la minoterie Masse et du moulin Lejeune.


La minoterie Masse


Le moulin Lejeune

Les sentences du coq:

"Copage dé tiête du co !"

De la pointe du clocher de l 'église, le coq voit tout, entend tout … IL SAIT TOUT !
Lors de la ducasse annuelle, il s'incarne dans un vrai coq fait de chair et d'os.
Un cortège est formé, en tête un bouffon coiffé d'un bonnet à cornes et en habits multicolores ouvre la marche. Muni d'une marotte et d'un bâton de sergent major, il entraîne la musique qui réunit des musiciens des villages environnants.
Ensuite vient le char tiré par un cheval. Sur le char « le coq » trône sur un cadot (chaise haute pour enfant). Des gardes armés de sabres et de canardières sont chargés de la protection du précieux volatile !
Le cortège sillonne les rues du village au son de la fanfare, un déplacement ponctué par les détonations des canardières !
Bientôt l'équipage fait halte sur la place du village près de l'estaminet. La silhouette élancée du clocher se découpe au loin.
Un homme a pris place derrière le coq, feuillets en main il est prêt à dévoiler les ragots et potins de l'année écoulée. Révélations sensées dictées par le coq.
A l'arrière du char un tambour et un trompettiste appellent la foule au silence et annoncent de quelques notes de musique les « sentences du coq ».
Les villageois endimanchés accourent de toute part, voilà un an qu'ils attendent l'événement ! Ils s'agglutinent autour du coq.
Un homme en redingote et haut de forme, la cane à la main, fait la grimace alors que ses voisins rient à gorge déployée. Serait-il l'objet de quelque révélation ?
Des oies goguenardes assistent à la scène et semblent comprendre ce qui se dit !
En révélant toutes ces vérités, le coq a signé sa propre condamnation à mort.
Les gardes qui assuraient sa sécurité l'abandonnent bientôt sous les cris de la foule : « La tête du co ! La tête du co ! ».
Les gardes creusent promptement un trou avec leurs sabres et y enterrent le coq jusqu'au cou.
Les gardes sont alors placés, les yeux bandés, à 25m du malheureux animal. Ils vont tour à tour s'en approcher à tâton et tenter de le décapiter avec leur sabre !
Cette étrange coutume est maintenant abandonnée, elle ferait, aujourd'hui, l'objet de procès en diffamation !

La ducasse d'Hergnie avait lieu le mardi qui précède le quatrième dimanche de septembre.

Séraphin JURION (1837 - 1929) a immortalisé quelques sentences du coq, un livre a été édité à partir de ses notes dans la Collection de la société de Linguistique Picarde XXII.

Les textes sont ecrits en patois, sous forme de vers qui ne respectent aucune règle !

Ce document peut être consulté aux archives départementale du Nord à Lille (Ref : 18896).


Les sentences du coq

Hergnies en quelques chiffres :

Nombre d'habitants en 1999: 3885
Superficie (km2) : 10,75
Altitude moyenne (m) : 25
Lattitude 50°28' Nord
Longitude 3°31' Est
Code postal : 59199
N° INSEE : 59301

Evolution du nombre d'habitants :

Cette page d'histoire s'appuie sur les témoins encore visibles du passé, si vous voulez découvrir la richesse de ce passé nous vous conseillons d'acquérir, auprès de la mairie, l'excellent ouvrage de
Pierre Jean Baptiste BAUVOIS, directeur d'école, officier d'académie.

 
Dernière mise à jour le vendredi 15 février 2008 06:38